VTT dans la région dracénoise

Après destruction du début de la Bipbip pour cause de création de piste a Quad, Christophe des Coyottes a refait le départ et en a profiter pour partir de plus haut. Superbe travail réalisé avec plein de virages en appuis avec des petits drops ici et la. Bref cette BipBip nouvelle mouture est certainement une des plus belles pistes du secteur.

Evidemment, tout est sur Trailforks

 

Upper BipBip on Trailforks.com




 

Rouler l’hiver signifie rouler dans le froid. Et si l’on veux garder cela plaisant et ne pas se retrouver avec les doigts congelés qui n’arrivent plus à freiner, il faut avoir un minium d’équipement adapté. Or l’équipement adapté existe mais il est souvent cher voir même très cher lorsque l’on regarde du coté de l’habillement du cycliste. Si en plus vous roulez plusieurs fois par semaine et qu’il vous en faut plusieurs pour éviter de faire tourner la machine à laver après chaque sortie, l’addition peut vite monter très très vite.

Heureusement, il existe quelques produits qui permettent de se tenir au chaud pour des prix très raisonnables. Niveau froid, on parle ici d’une pratique de type VTT (donc à petite vitesse) dans le sud de la France sur terrain sec. Les produits décrits ne sont donc pas spécialement étanches ni adaptés à des froids de -10. J’ai pu les tester en condition nocturne dans des températures de l’ordre de -2°c environ sur des sorties de 2 à 3h.

Premier accessoire indispensable: Les gants Hiver

La, pas de miracle, il faut bien chercher du coté des accessoires VTT. Cela fait maintenant 2 saisons hivernales que je roule avec les Endura Dexter.

Ces gants se trouvent sur internet pour moins de 40€ la paire. Ils sont confortables, stoppent bien le vent, chauds et résistants. Après 2 hivers avec, ils ne montrent toujours pas de signe de fatigue ce qui est plutôt bon signe. Lorsque on est entre 2 à savoir un peu trop froid pour les gants été mais pas très froid, on a tendance a un peu transpirer dedans sans que cela soit gênant durant le ride.

Leur résistance à l’eau n’est pas très élevée mais suffisante pour résister aux branches mouillés et autres joyeusetés du genre. Pour une sortie sous la pluie, il faudra prévoir autre chose pour se rendre waterproof.

La première peau: Le maillot Décathlon Kipsta

Pour avoir chaud, rien ne vaut d’empiler plusieurs couches minces que l’on peux enlever au fur et à mesure que la journée avance.

Comme première base, le maillot Décathlon Kipsta que l’on trouve au rayon Running ou sport collectif est parfait. Il tient incroyablement chaud au vu de son épaisseur. Il laisse bien la transpiration passer et à un prix hyper compétitif de seulement 16€ (12.5€ si on les achète par 2).

Vu son prix et son efficacité, il est intéressant d’en acheter plusieurs pour ne pas avoir à faire la lessive après chaque sortie.

Le collant Décathlon Kipsta à mettre sous le Baggy.

Le short c’est bien, mais quand il fait bien froid, ça finit par faire froid aux jambes. Pour cela, il suffit de mettre un collant Décathlon Kipsta sous le short en question. Certe il n’y a pas de peau de chamois, mais si vous pouvez vous en passez, ce collant se trouve à 13€ seulement et sera le parfait complément de votre short pour les sorties hivernales.

Les genouillères ne posent pas de problèmes avec le collant. Elles ne glissent ni plus ni moins que lorsqu’elle sont installés directement sur votre peau. 

Vu le prix, cela vaut le coup d’en avoir plusieurs pour réduire votre corvée de lavage.

Au final, en regardant un peu en dehors des fringues spéciales VTT, on peux faire de bonnes affaires avec des produits avec un excellent rapport qualité prix, qui même si le cyclisme n’était pas leur vocation première, font parfaitement l’affaire. Du coup, votre porte monnaie vous remerciera.

 

Courant Novembre 2016 un nouveau trail est sorti de terre sur Figanières le tout sur l’impulsion des Coyottes. Il s’agit de la Moteur qui remplace la Coyotte haute qui a été détruite lors de la création de la piste 4×4. Piste courte (environ 40 à 50s) peu pentue avec plein de relevés tout frais creusés. Elle permet de rejoindre la Coyotte en arrivant du champ du Goundou. En gros, une petite piste qui permet d’offrir plus d’alternatives différentes dans ce secteur lorsque l’on veux re descendre vers Figanières.

Le détail, c’est sur Trailforks:

 

La Moteur on Trailforks.com




 

Au programme de ce test longue durée (1 an et demi environ) les pédales automatiques à plateforme de chez Time.

Je passerais sur les aspects techniques entre les MX2, MX6, MX8. J’ai pu testé pendant environ 6 mois les MX6, puis une rencontre fortuite avec un rocher à décidé de couper court à la vie d’une pédale. Je me suis donc rabattu ensuite vers une paire de MX2.

1/ Sur le papier

Entre les MX2 et les MX6, au final très peu de différence hormis un léger embonpoint sur les MX2 par rapport au MX6. Mais il faut reconnaître que ce surplus de poids est très largement compensé par un prix très nettement inférieur. Niveau construction de la cage, c’est exactement identique avec une résine composite. La seule différence vient du matériaux de l’axe. Bref autant dire que partir sur le modèle le moins cher n’est pas une mauvaise idée dans ce cas la.

 

2/ Sur le terrain

Les pédales Time n’ont pas de réglage de dureté de ressort. Le seul réglage possible c’est l’inversion de la cale qui donne un declipsage plus difficile que je ne conseille pas: trop de risque de chute avec un pieds qui sort trop tard dans un devers.

Pour le réglage de la cale sur la chaussure, c’est basique: il suffira simplement d’ajuster l’avancement de la cale sous la chaussure. Vu que les Time ont un jeu angulaire, nul besoin de faire des ajustement millimétriques pour protéger nos genoux. On visse, on va rouler et basta.

Niveau sensation, ça clipse fermement, même avec pas mal de boue, ça déclipse après un léger jeu angulaire, bref pas grand chose à dire ce coté la. La plateforme est également bien utile et permet de continuer des passages un peu tendus même avec un pied non clipsé sans se faire (trop) peur. Bref la plateforme est bien sympathique.

 

3/ La Solidité

Les pédales Time ne sont pas très solides. La première paire de MX6 a vu la plateforme exploser sur un gros rocher. Certe le contact fut violent, mais le problème c’est que les MX2 ont connus rapidement (environ 6/7 mois) des problèmes plus subtils. Elles n’ont pas connu de chocs violents, uniquement des a coups au pédalage sur des rochers. En apparence, rien ne se casse, mais on sent la fermeté du ressort s’évanouir jusqu’à ce que, au final, on ne clipse plus rien du tout.

Après pas mal d’analyse sur les causes de ce problème, j’ai trouvé le coupable: la cage en résine. En effet, lors d’un choc, la partie métallique du ressort a tendance a rentrer dans la cage en résine. Celle ci étant moins résistance que le métal, elle se creuse. Ce creusement crée un jeu qui fait perdre au ressort sa puissance. Et hop, le tour est joué, ça ne tient plus rien.

 Pour en avoir le cœur net, j’ai repris un vieille paire de Time Z en aluminium dont un ressort était cassé. J’ai transféré le ressort de la MX2 vers cette nouvelle pédale et hop, la Time Z re-fonctionne comme une pédale neuve.

 

Conclusion:

Le concept de plateforme est sans aucun doute une réussite sur ces pédales. Le système de liberté angulaire et de résistance à la boue fonctionne parfaitement. Je pense par contre que le modèle MX n’est pas adapté à une pratique enduro de par sa fragilité de sa résine. Il vaut mieux investir dans une paire de Time DH4 qui sont basé sur une construction de cage en métal (comme les Time Z). Certe c’est plsu lourd, mais cela vous évitera de changer de pédales 3 fois par an.

 

 

Depuis l’an dernier ce déroule le Trophée Enduro Provence composé à l’origine de course d’enduro locales qui se sont fédérées pour faire un challenge qui se déroulera en 2017 sur 6 épreuves: 4 dans le Var et 2 dans les Bouches du Rhones. 

OK, pour le moment rien de spécial, l’initiative est plutôt bonne et ressemble un peu au 1001 sentiers tour qui se déroule dans le 06.

Jeudi 15 décembre était la date d’ouverture des inscriptions pour la première épreuve. Etant plutôt motivé pour faire à minima 4 courses sur les 6 cette année, je vais donc visiter le site des inscriptions dés le premier jour. Et la, quelque chose m’interpelle fortement: le PRIX!

En effet, 5 des 6 épreuves sont à 40€ pour les non licenciés. Une seule est sous cette barre à 36€… 40€ pour une course d’enduro locale, ça me dérange. Cela veut dire qu’un rider qui voudrait faire les 6 courses composant le trophée devrait dépenser la somme 236€ en frais d’inscription (sans compter les frais de transport pour se rendre sur les courses). Cela commence à faire cher, très cher même.

Comment en est t’on arrivé la?

Pour ceux qui sont sur le circuit depuis longtemps, pourront se souvenir qu’il y a 10 ans de cela, une Megavalanche coûtait 50€. D’ailleurs tout le monde criait au scandale et trouvait cela trop cher. Or pour 50€ on avait: Une course de qualif le samedi, une course le dimanche, 3 jours de remontées mécaniques, un maillot et un système de navettes de bus intensives pendant 6 jours durant la semaine pré méga et le tout avec une grosse organisation derrière et une société commerciale (l’UCC) qui doit bien dégager un bénéfice pour payer ses employés.

Toujours à cette même époque, on payait les Rallyes locaux (ça ne s’appelait pas encore Enduro, mais c’était la même chose) dans les 15€.

Les courses de DH régionales avec un système de chronométrage par cellule, 2 jours de remontées mécaniques comprises, étaient dans les 20€.

C’était il y a 10 ans me diriez vous et l’inflation est passée par la. Effectivement il y a eu de l’inflation. Cette dernière s’est montée à 13% cumulée sur les 10 dernières années. Par contre, l’enduro à l’époque, ce n’était pas à la mode, on n’en parlait pas vraiment dans les magazines, l’EWS n’existait pas tout comme les ES. Bref ce n’était pas vraiment populaire.

Donc si je prend mes 13% d’inflation je devrais logiquement me retrouver avec des courses d’enduro aux alentours de 17€, allez arrondissons à 20€ pour un engagement pour une journée de course….Aie, nous sommes au double de ce prix la.

Analysons un peu plus en détail quelques courses du Trophée Enduro Provence.

  • L’Oppidum des Arcs était à 20€ en 2013. OK avec l’inflation on retrouve grosso modo notre inflation. 2016 première année du Trophée: 31.5€. On vient déjà de se prendre 57% d’augmentation en 3 ans! 2017, 36€ soit encore +14% d’augmentation sur un an! Sur 4 années donc, nous avons un peu plus de 80% d’augmentation du tarif…. Pourtant le parcours est globalement le même et l’organisation identique. Ou passe donc ces 80% d’augmentation! Pas dans l’inflation c’est certain.
  • Le Cochonduro de Bras: En 2014 nous avions un engagement pour les non licenciés à 26€. 2016 c’etait 34.5€ soit +32% en 2 ans. 2017 c’est 40€ soit encore +16%. Au final au rythme de 16% d’augmentation par an du prix de l’inscription nous cumulons sur 3 années 53% d’augmentation. Encore une fois, on est très loin de l’inflation.
  • L’enduro des 3 caps à Gassin: Je pense qu’avec celui la, nous avons le pompon. 2016, première année de cet enduro, inscription à 30€. 2017, l’épreuve s’affilie au Trophée Enduro Provence et le prix prend 10€ de plus soit 40€…. Soit 33% d’augmentation du tarif!

Bref, à ce rythme la, soit 16% d’augmentation par an, dans 2 ans, les enduros locaux seront à 50€ pour une journée de course le tout évidement sans remontées mécaniques.

J’ai la mauvaise impression que cela vague sur la tendance Enduro et suit l’augmentation du prix des vélos d’enduros. D’ailleurs, on m’a bien fait remarquer, que si les participants pouvaient se payer des machines à plus de 3000€, ils pouvaient bien payer 40€ d’inscription! En gros, le prix est déterminer par le montant que les gens sont prêt à payer et non par le coût réel des organisations. Ce type de pratique est courante dans le monde marketing, mais dans notre cas, nous avons affaire à des clubs qui ne devraient pas tomber dans ce travers sous peine de discréditer le trophée qui a été organisé! Si ce n’est pas le cas, que l’on explique comment on peux justifier pendant plus de 3 ans de suite une augmentation moyenne annuelle de 16% du prix des inscriptions. Car honnêtement au vu de l’inflation Française en cours, je ne vois pas d’explication logique lorsque le service offert reste le même.

Que dire également du fait de prendre en compte que l’enduriste moyen entre 30 et 40 ans à les moyens de se payer une saison de course et d’oublier de fait les jeunes qui ont eux le couteau entre les dents, qui ont déjà eu du mal à se payer un VTT d’enduro décent et qui doivent supporter des coût d’inscriptions importants en hausse constante? Est ce faire un cadeau à ces jeunes qui représentent l’avenir du sport?

La plupart des riders de plus de 35 ans qui sont dans le ventre mou du classement font les courses d’enduro non pas pour le classement ni pour le chrono mais simplement pour aller rouler dans de nouveaux secteurs. Proposez la chose sous le format randuro à 2 fois moins cher et vous aurez le gros de la troupe qui désertera les courses. Il suffit de voir ce qu’il se passe sur le 1001 sentiers tours. Pour diverses raisons, le ventre mou du classement n’y vas plus. Au final alors que 4 ans en arrière il fallait réserver sa place 6 mois à l’avance, les épreuves ont  aujourd’hui du mal à faire plus de 150  participants, même en faisant des promo limités dans le temps à 15€ la place.

Quand aux arguments du type qu’il faille des compétition pour ouvrir des nouveaux chemins, cela n’a juste aucun sens. La zone Draguignan / Figanieres est la plus dense en terme de chemin, la plus active en terme d’ouverture de nouveaux chemins et la ou il y a le plus grand nombre de riders qui entretiennent les chemins et pourtant aucune compétition n’a lieu dans le secteur.

Quand aux menaces proférés contre ceux qui veulent venir rouler hors course car ils n’ont pas « payé » le droit au club d’emprunter les sentiers, c’est tout simplement pathétique.

Donc hormis prendre les enduriste pour des vaches à lait (et ils peuvent payer 40€ vu que les VTT sur lesquels ils roulent coûtent plus de 3000€) car c’est la discipline à la mode en créant un Trophée avec un classement général, je ne voit pas d’autre d’explications à une augmentation systématique de 16% du prix des inscriptions par an.

Personnellement, je n’aime pas me faire prendre pour un pigeon, je garderai donc mes 40€ par épreuve et avec l’argent économisé, cela me paiera le budget entretien et pièces d’usure pour la saison. Donc au final, merci de faire les courses hors de prix, vous me faite économiser de l’argent et tant pis pour les jeunes qui n’auront pas les moyens de payer ni des parents pour faire chauffer la CB.

angry