VTT dans la région dracénoise

Au programme de ce test longue durée (1 an et demi environ) les pédales automatiques à plateforme de chez Time.

Je passerais sur les aspects techniques entre les MX2, MX6, MX8. J’ai pu testé pendant environ 6 mois les MX6, puis une rencontre fortuite avec un rocher à décidé de couper court à la vie d’une pédale. Je me suis donc rabattu ensuite vers une paire de MX2.

1/ Sur le papier

Entre les MX2 et les MX6, au final très peu de différence hormis un léger embonpoint sur les MX2 par rapport au MX6. Mais il faut reconnaître que ce surplus de poids est très largement compensé par un prix très nettement inférieur. Niveau construction de la cage, c’est exactement identique avec une résine composite. La seule différence vient du matériaux de l’axe. Bref autant dire que partir sur le modèle le moins cher n’est pas une mauvaise idée dans ce cas la.

 

2/ Sur le terrain

Les pédales Time n’ont pas de réglage de dureté de ressort. Le seul réglage possible c’est l’inversion de la cale qui donne un declipsage plus difficile que je ne conseille pas: trop de risque de chute avec un pieds qui sort trop tard dans un devers.

Pour le réglage de la cale sur la chaussure, c’est basique: il suffira simplement d’ajuster l’avancement de la cale sous la chaussure. Vu que les Time ont un jeu angulaire, nul besoin de faire des ajustement millimétriques pour protéger nos genoux. On visse, on va rouler et basta.

Niveau sensation, ça clipse fermement, même avec pas mal de boue, ça déclipse après un léger jeu angulaire, bref pas grand chose à dire ce coté la. La plateforme est également bien utile et permet de continuer des passages un peu tendus même avec un pied non clipsé sans se faire (trop) peur. Bref la plateforme est bien sympathique.

 

3/ La Solidité

Les pédales Time ne sont pas très solides. La première paire de MX6 a vu la plateforme exploser sur un gros rocher. Certe le contact fut violent, mais le problème c’est que les MX2 ont connus rapidement (environ 6/7 mois) des problèmes plus subtils. Elles n’ont pas connu de chocs violents, uniquement des a coups au pédalage sur des rochers. En apparence, rien ne se casse, mais on sent la fermeté du ressort s’évanouir jusqu’à ce que, au final, on ne clipse plus rien du tout.

Après pas mal d’analyse sur les causes de ce problème, j’ai trouvé le coupable: la cage en résine. En effet, lors d’un choc, la partie métallique du ressort a tendance a rentrer dans la cage en résine. Celle ci étant moins résistance que le métal, elle se creuse. Ce creusement crée un jeu qui fait perdre au ressort sa puissance. Et hop, le tour est joué, ça ne tient plus rien.

 Pour en avoir le cœur net, j’ai repris un vieille paire de Time Z en aluminium dont un ressort était cassé. J’ai transféré le ressort de la MX2 vers cette nouvelle pédale et hop, la Time Z re-fonctionne comme une pédale neuve.

 

Conclusion:

Le concept de plateforme est sans aucun doute une réussite sur ces pédales. Le système de liberté angulaire et de résistance à la boue fonctionne parfaitement. Je pense par contre que le modèle MX n’est pas adapté à une pratique enduro de par sa fragilité de sa résine. Il vaut mieux investir dans une paire de Time DH4 qui sont basé sur une construction de cage en métal (comme les Time Z). Certe c’est plsu lourd, mais cela vous évitera de changer de pédales 3 fois par an.

 

 

Depuis l’an dernier ce déroule le Trophée Enduro Provence composé à l’origine de course d’enduro locales qui se sont fédérées pour faire un challenge qui se déroulera en 2017 sur 6 épreuves: 4 dans le Var et 2 dans les Bouches du Rhones. 

OK, pour le moment rien de spécial, l’initiative est plutôt bonne et ressemble un peu au 1001 sentiers tour qui se déroule dans le 06.

Jeudi 15 décembre était la date d’ouverture des inscriptions pour la première épreuve. Etant plutôt motivé pour faire à minima 4 courses sur les 6 cette année, je vais donc visiter le site des inscriptions dés le premier jour. Et la, quelque chose m’interpelle fortement: le PRIX!

En effet, 5 des 6 épreuves sont à 40€ pour les non licenciés. Une seule est sous cette barre à 36€… 40€ pour une course d’enduro locale, ça me dérange. Cela veut dire qu’un rider qui voudrait faire les 6 courses composant le trophée devrait dépenser la somme 236€ en frais d’inscription (sans compter les frais de transport pour se rendre sur les courses). Cela commence à faire cher, très cher même.

Comment en est t’on arrivé la?

Pour ceux qui sont sur le circuit depuis longtemps, pourront se souvenir qu’il y a 10 ans de cela, une Megavalanche coûtait 50€. D’ailleurs tout le monde criait au scandale et trouvait cela trop cher. Or pour 50€ on avait: Une course de qualif le samedi, une course le dimanche, 3 jours de remontées mécaniques, un maillot et un système de navettes de bus intensives pendant 6 jours durant la semaine pré méga et le tout avec une grosse organisation derrière et une société commerciale (l’UCC) qui doit bien dégager un bénéfice pour payer ses employés.

Toujours à cette même époque, on payait les Rallyes locaux (ça ne s’appelait pas encore Enduro, mais c’était la même chose) dans les 15€.

Les courses de DH régionales avec un système de chronométrage par cellule, 2 jours de remontées mécaniques comprises, étaient dans les 20€.

C’était il y a 10 ans me diriez vous et l’inflation est passée par la. Effectivement il y a eu de l’inflation. Cette dernière s’est montée à 13% cumulée sur les 10 dernières années. Par contre, l’enduro à l’époque, ce n’était pas à la mode, on n’en parlait pas vraiment dans les magazines, l’EWS n’existait pas tout comme les ES. Bref ce n’était pas vraiment populaire.

Donc si je prend mes 13% d’inflation je devrais logiquement me retrouver avec des courses d’enduro aux alentours de 17€, allez arrondissons à 20€ pour un engagement pour une journée de course….Aie, nous sommes au double de ce prix la.

Analysons un peu plus en détail quelques courses du Trophée Enduro Provence.

  • L’Oppidum des Arcs était à 20€ en 2013. OK avec l’inflation on retrouve grosso modo notre inflation. 2016 première année du Trophée: 31.5€. On vient déjà de se prendre 57% d’augmentation en 3 ans! 2017, 36€ soit encore +14% d’augmentation sur un an! Sur 4 années donc, nous avons un peu plus de 80% d’augmentation du tarif…. Pourtant le parcours est globalement le même et l’organisation identique. Ou passe donc ces 80% d’augmentation! Pas dans l’inflation c’est certain.
  • Le Cochonduro de Bras: En 2014 nous avions un engagement pour les non licenciés à 26€. 2016 c’etait 34.5€ soit +32% en 2 ans. 2017 c’est 40€ soit encore +16%. Au final au rythme de 16% d’augmentation par an du prix de l’inscription nous cumulons sur 3 années 53% d’augmentation. Encore une fois, on est très loin de l’inflation.
  • L’enduro des 3 caps à Gassin: Je pense qu’avec celui la, nous avons le pompon. 2016, première année de cet enduro, inscription à 30€. 2017, l’épreuve s’affilie au Trophée Enduro Provence et le prix prend 10€ de plus soit 40€…. Soit 33% d’augmentation du tarif!

Bref, à ce rythme la, soit 16% d’augmentation par an, dans 2 ans, les enduros locaux seront à 50€ pour une journée de course le tout évidement sans remontées mécaniques.

J’ai la mauvaise impression que cela vague sur la tendance Enduro et suit l’augmentation du prix des vélos d’enduros. D’ailleurs, on m’a bien fait remarquer, que si les participants pouvaient se payer des machines à plus de 3000€, ils pouvaient bien payer 40€ d’inscription! En gros, le prix est déterminer par le montant que les gens sont prêt à payer et non par le coût réel des organisations. Ce type de pratique est courante dans le monde marketing, mais dans notre cas, nous avons affaire à des clubs qui ne devraient pas tomber dans ce travers sous peine de discréditer le trophée qui a été organisé! Si ce n’est pas le cas, que l’on explique comment on peux justifier pendant plus de 3 ans de suite une augmentation moyenne annuelle de 16% du prix des inscriptions. Car honnêtement au vu de l’inflation Française en cours, je ne vois pas d’explication logique lorsque le service offert reste le même.

Que dire également du fait de prendre en compte que l’enduriste moyen entre 30 et 40 ans à les moyens de se payer une saison de course et d’oublier de fait les jeunes qui ont eux le couteau entre les dents, qui ont déjà eu du mal à se payer un VTT d’enduro décent et qui doivent supporter des coût d’inscriptions importants en hausse constante? Est ce faire un cadeau à ces jeunes qui représentent l’avenir du sport?

La plupart des riders de plus de 35 ans qui sont dans le ventre mou du classement font les courses d’enduro non pas pour le classement ni pour le chrono mais simplement pour aller rouler dans de nouveaux secteurs. Proposez la chose sous le format randuro à 2 fois moins cher et vous aurez le gros de la troupe qui désertera les courses. Il suffit de voir ce qu’il se passe sur le 1001 sentiers tours. Pour diverses raisons, le ventre mou du classement n’y vas plus. Au final alors que 4 ans en arrière il fallait réserver sa place 6 mois à l’avance, les épreuves ont  aujourd’hui du mal à faire plus de 150  participants, même en faisant des promo limités dans le temps à 15€ la place.

Quand aux arguments du type qu’il faille des compétition pour ouvrir des nouveaux chemins, cela n’a juste aucun sens. La zone Draguignan / Figanieres est la plus dense en terme de chemin, la plus active en terme d’ouverture de nouveaux chemins et la ou il y a le plus grand nombre de riders qui entretiennent les chemins et pourtant aucune compétition n’a lieu dans le secteur.

Quand aux menaces proférés contre ceux qui veulent venir rouler hors course car ils n’ont pas « payé » le droit au club d’emprunter les sentiers, c’est tout simplement pathétique.

Donc hormis prendre les enduriste pour des vaches à lait (et ils peuvent payer 40€ vu que les VTT sur lesquels ils roulent coûtent plus de 3000€) car c’est la discipline à la mode en créant un Trophée avec un classement général, je ne voit pas d’autre d’explications à une augmentation systématique de 16% du prix des inscriptions par an.

Personnellement, je n’aime pas me faire prendre pour un pigeon, je garderai donc mes 40€ par épreuve et avec l’argent économisé, cela me paiera le budget entretien et pièces d’usure pour la saison. Donc au final, merci de faire les courses hors de prix, vous me faite économiser de l’argent et tant pis pour les jeunes qui n’auront pas les moyens de payer ni des parents pour faire chauffer la CB.

angry

Pneu-Michelin-RockR-2Michelin avait disparu pendant un moment du marché des pneus de VTT orientés descente et enduro. Ils reviennent avec une gamme sympathique qui est a priori bien appréciée des riders en usage Enduro.

Pour ne pas mourrir idiot j’ai donc voulu tester le Rock 2R en version double ply pour mettre sur mon Enduro lorsque je vais en station.

Le pneu ne pése pas trop lourd pour un double ply, un peu plus de 1Kg soit envrion 200 grammes de moins qu’un Maxxis double ply de même taille. On le trouve également dans les 35€ en gomme Gum-X adaptée a un montage arriere. Le pneu se monte en tubeless sans problemes.

Le profil du pneu est adapté au sol plutot sec avec une bande roulement qui favorise un rendement pas trop mauvais.

A l’usage le pneu a un bon grip et n’est pas trop une enclume tirer. C’est donc une bonne suprise de ce coté la. le taux d’usure du pneu est également trés raisonnable pour un montage arrire en gomme Gum-X.

En terrain vraiment cassant et en usage descente, la double nappe de chez Michelin n’est pas aussi resistante que celle de Maxxis. J’ai fait 2 trous en meme temps sur la bande de roulement et sur le flanc, seulement espacé de 2 cms environ au même moment.

Il est vrai que le terrain de la Mouliere dans le 06 est particulierement difficile pour les pneus mais la crevaison en double ply Maxxis est trés rare alors qu’il ne m’a fallu que 6 journées la haut avant de faire des beaux trous dans le pneu.

En conclusion, cette version est un poil lourde pour un usage Enduro pur et un peu trop fragile pour un usage descente en terrain très agressif. Par contre dans des bike parks moins agressifs du point de vue rocher, sa résistance devrait être très bonne.

 

Update:

Le pneu m’a suivi pendant mon séjour au Canada l’été dernier. Il a donc résisté à 14 jours dont 3.5 jours en Bike Park (Sun Peaks et Whistler). Pas de crevaisons de tout le séjour n’a été déplorée. Le pneu était par contre rincé du point de vue usure à la fin du trip.

 

Commencal Ramones 20
Lorsqu’il s’agit de mettre nos petits bouts au VTT, la première question est de trouver du matériel adapté à leur besoin. Or si niveau vélo adulte on trouve pléthore de VTT optimisés et aboutis dans toutes les disciplines on ne peux hélas pas dire la même chose des vélos pour enfant surtout dans la catégorie 20 pouces.

La plupart des vélos que l’on trouve sur le marché pésent litérallement un ane mort (souvent plus de 12 Kgs pour des enfants qui en pésent une vingtaine), ont des changements de vitesse bien trop durs pour leur force de poignet, sans parler des freins dont les leviers sont tout sauf ergonomiques pour leur petite main. Et je passe bien sur sur la géométrie pas vraiment adaptée non plus et sur les pseudos fourches qui ont besoin d’un poids d’adulte pour daigner s’enfoncer de quelques centimétres.

commencal_2
Du coup trouver un vélo adapté à nos petits bouts n’est pas forcement facile. Aprés avoir pas mal cherché, je suis tombé sur un Commencal Ramones 20 pouces d’occasion. Le VTT est equipé de freins adaptés à leurs petites main (et qui freinent bien en plus), un moyeu SRAM automatique avec 2 vitesses intégrés donc pas de soucis de changement de vitesse et d’une fourche qui bouge vraiment avec leur poids.

En plus de cela, la géometrie est vraiment adaptée avec un slopping bien prononcé qui accomode bien les petits gabarits, un angle de chasse à 69° qui donne de la stabilité et des pneus en 2.1 qui permettent de rouler avec peu de pression pour donner un meilleur confort et un meilleur grip.

En tout cas, la prise de main a été immédiate et les progrés réalisés avec ce vélo sont spectaculaires. On a pu tester tout ca sur les pistes vertes (qui sont plus des bleue que des vertes) et quelques sections de bleue à la station de la Moulière dans le 06. Autant dire que les nombreux cailloux et le niveau technique élevé de station font progresser les enfants à vitesse grand V.

Conclusion:

Pour les kids, comme pour les adultes, un bon vélo fait bel et bien une grosse différence. Même si la fourche est basique (pas de gestion hydraulique) elle a le merite d’encaisser un peu les plus gros chocs. Mais le plus gros plus, c’est clairement une bonne géométrie, un poids contenu et des freins adaptés a leur morphologie, d’autant plus que en Bike park, les freins sont un élément assez crucial.

Ce modele se fait toujours mais equipé differemment, le nouveau modele a une fourche différente et un ensemble cassette et derailleur classique. Dommage que ce modele ne se fasse plus car c’est une excellente base a mon sens pour faire du bike park. La simplicité avec l’abscence de derailleur mais quand meme 2 vitesses et une fourche.

En mettant un peu plus cher (environ 600€), le Commencal Meta HT en 20 pouces commence quand à lui a être plus serieux avec un groupe X5, une fourche avec 50mm de débatement et des freins a disque hydraulique.

 

Squirt_BottleLa lubrification de la chaine est primordiale pour garder une transmission en bon état et pour assurer un bon passage de vitesse.

Or le probleme de la plupart des lubrifiant c’est qu’ils ont tendance à accrocher la poussiere et tout ce qui traine. Du coup, vive la chaine noire et les nettoyages de cette derniere aprés chaque sortie. En sortant son vélo 3 fois par semaine, ca commence à faire beaucoup de temps de passer à maintenir sa chaine en état et surtout propre.

Du coup, j’ai voulu essayer le lubrifiant Squirt a base de cire liquide qui est censé laisser une chaine propre et durer plus longtemps que les lubrifiants traditionnels.

Seule condition, il faut au préalable degraisser sa chaine. Ce qui, au final,  n’est pas une mince affaire. J’ai su a postériori que la meilleure façon de le faire est de mettre sa chaine dans de l’eau bouillante. La chaleur dissout la graisse qui remonte a la surface.

Bref, une fois cette opéaryion terminée, il suffit d’appliquer le lubrifiant comme n’importe quel autre et le laisser secher. La chaine devient alors completement sèche au toucher. Il ne reste plus qu’a aller rider pour tester le tout.

 

Ca marche!

Et oui, la pub n’est pas mensongére, la lubrification est belle et bien la et surtout la chaine ne devient pas noire et pleine de saletée. Quand à la durée de vie, je fais en moyenne 3 sorties entre chaque lubrification. Par contre maintenant rien de plus simple, il suffit d’en rajouter sur la chaine, rien à nettoyer ni a essuyer. Le gain de temps sur l’entretien de la chaine est considérable.

Assez etonnant également lors d’une sortie boueuse ou la chaine s’etait chargée de boue lors d’un passage j’ai eu la suprise de voir qu’aprés quelques kilométres elle s’etait debarassée de la boue et était alors presque entierement propre. Le pouvoir de lubrification avait un peu diminué mais nettement moins qu’avec une huile traditionelle. Le nettoyage apres a été egalement nettement plus simple.

 

Et le coût dans tout ça:

Un bidon d’environ 120ml se truve dans les 11e sur le net. En 7 mois de roulage a raison d’une moyenne de 3 fois par semaine, j’ai du utiliser environ 1/3 du flacon. Donc , en plus c’est vraiement économique!

 

Conclusion:

Un produit que je recommende fortement et honnetement, je ne sais pas comment je faisais avant. le Squirt, c’est l’assurance de ne plus passer du temps à nettoyer sa chaine aprés chaque sortie et pour une fois on peux dire que la publicité n’est pas mensongére.